Association les amis de l'Hôtel-Dieu Saint Jacques et de l'Hôpital de La Grave

amishoteldieu @ gmail.com

©  2018 par Caroline Giulioli

  • Facebook amis hotel dieu Toulouse

Conférence du Pr Pierre Carles : « Tuberculose et peinture »

02/18/2019

Résumé de la conférence du Pr Pierre Carles : « Tuberculose et peinture »

 

Peinture et tuberculose
Cinq grands peintres sont décédés jeunes, atteints par la tuberculose.
Pietr Bruegel l’ancien (1525-1569 )dont la vie est peu connue, est un peintre passionnant : paysagiste, premier peintre de marine, graveur de Jérôme Bosch, peintre de rêves et de cauchemars. Ses contemporains l’appellent Pietr le drôle (Margot l’enragée, combat de Carnaval et de Carême) et surtout le paysan (les moissonneurs, la fenaison). Son utilisation importante du rouge s’expliquerait car il crachait du sang. Il est l’ancien de la dynastie brueghelienne, père de 2 peintres et grand-père d’un troisième.
Anton van Dyck (1599-1641) est un prodige, possédant un atelier à 17 ans. Portraitiste, il peut mener plusieurs portraits en même temps, une pose d’une heure lui suffit pour photographier les traits et le caractère de son modèle. Quelques portraits de femmes cachectiques et d’apparence démunie, non nominées, émaillent la fin de son œuvre. Reproduisait-il sa propre souffrance ?
Antoine Watteau (1688-1721) débute sa tuberculose à 18 ans. Elle minera toute sa courte vie et ce grand paysagiste voyagera par la pensée grâce à sa peinture.
Très peu attachant est Paul Gauguin (1848-1903) père de huit enfants, tirant 

 le diable par la queue, grand voyageur, surtout connu pour ses peintures dans les îles de  Tahiti et des Marquises où il laissera de mauvais souvenirs pour sa façon de traiter les vahinés. En dehors de ses peintures, il est peu recommandable : alcoolique, morphinomane et érotomane (sa dernière maison s’appellera « la maison du jouir » Il mourra miné par un ulcère eczématisé de la jambe, tuberculeux et syphilitique.
Quant à Amedeo Modigliani (1884-1920) sa tuberculose a failli le tuer à 18 ans. Il en mourra à 36 ans ayant brûlé la chandelle par les deux bouts : alcoolique et toxicomane. Ses nus et ses portraits aux figures allongées, très appréciés ont été peints à Paris de 1906 jusqu’à sa mort de méningite tuberculeuse.

L’influence de la tuberculose sur la peinture se retrouve à Florence où Simonetta Cattaneo, épouse Vespucci, dite la sans pareille, beauté disparue à 23 ans de tuberculose servira de  modèle à  Botticelli tant dans des peintures profanes et posthumes ( Vénus et Mars, la naissance de Vénus, etc…) Piero di Cosima, peintre florentin la représentera sur un portrait posthume, véritable symbole de la tuberculose.
Edward Munch (1863-1944), peintre norvégien, sera marqué jusqu’à 35 ans  par la mort  de sa mère  et celle de sa sœur morte à 15 ans de tuberculose. Anxiété, troubles existentiels, dépression marqueront sa peinture : « je ne peins pas ce que je vois mais ce que j’ai vécu » Son tableau le plus célèbre: le cri, traduit ses problèmes morbides : « je sentais un cri infini qui passait à travers l’univers et déchirait la nature » Il se bouche les oreilles pour ne pas s’entendre crier.
Même si on peut discuter l’existence de la tuberculose chez certains, surtout dans les temps anciens, elle nous a permis une étude de certains peintres virtuoses.
 

 

 

 

Please reload

Actualité
Please reload

Archives
Please reload