top of page

Cosaque du Don, Sorézien et Revélois, Georges Artemoff, grand peintre et grand sculpteur

Conférence du 22 mai 2023 de M. le Professeur Michel Pujol



Né en 1892 en pays Cosaque, il est le second d’une fratrie de cinq enfants. Cette région, patrie des anciens Scythes, couvert de grandes steppes lui donnera le goût de la liberté, des courses à cheval, de la pêche, de la chasse, d’indépendance, l’amour de la nature et des animaux qu’il conservera toute sa vie et influenceront son œuvre.


En 1906, il entre à l’école des Beaux-Arts de Rostov-sur-le-Don et trois ans plus tard il va compléter sa formation à l’école de peinture, sculpture et architecture de Moscou ; il expose déjà ; son style est de type « impressionniste ».


En 1913, avec une nouvelle bourse d’études, il se rend à Paris. Il y fréquente les artistes les plus illustres de l’époque (Modigliani, Picasso, Soutine, Kikoïne…) Il est décontenancé par la multitude des tendances qu’il découvre.


La guerre survient ; il s’engage comme volontaire le 26 aout 1914 et rejoint le front. Il est grièvement blessé le 10 février 1916 et va passer de longs mois en centres de soins.


Fin 1917, il retourne en Russie ; il peint à cette époque surtout des paysages et des madones.


Il revient à Paris en 1922. Il réalise des décors pour le théâtre et des sculptures sur bois qui ont un grand succès. En 1922, il découvre la Corse et en tombe amoureux ; il y restera heureux jusqu’en 1930 dans la région de Bonifacio. Il a épousé en 1927 Lydia Niconorova qu’il fréquentait depuis longtemps. Elle décéda d’un cancer en en 1938 ; il en fut extrêmement affecté. Son œuvre de 1920 à 1938 a été considérable : paysages, scènes mythologiques, nus, maternités, saltimbanques, animaux, natures mortes. Ces tableaux côtés sur le marché de l’art se vendent actuellement plusieurs milliers d’euros.


Après le décès de son épouse Lydia, il se réfugiera dans le sud de la France, près d’Agen d’abord puis dans notre région (Castelnaudary, Toulouse, Najac, Saissac) et enfin de 1942 à 1965 à Sorèze et Revel. Il a épousé en 1942, en secondes noces Jeanne Astre qu’il connait depuis longtemps et qui donnera naissance à sa fille Marie en 1945. Il obtient la nationalité française en 1948. Ses relations avec son épouse iront en se dégradant progressivement ; sa peinture tendra vers l’expressionisme et la géométrisation des formes. En mauvaise santé à partir de 1960, seul, avec des moyens matériels limités, il sera hospitalisé à plusieurs reprises et mourra chez lui le 9 juillet 1965 d’un œdème pulmonaire.


Il laisse une œuvre immense et très diverse. Sa fille Marie a légué 150 réalisations de son père au musée de Lavaur où elles seront exposées à partir de 2025.



N.B. : M. Pujol avait prévu d’illustrer son exposé par plus de 340 clichés que des problèmes informatiques nous ont empêché de projeter. Nous le déplorons beaucoup. Son diaporama a toutefois été adressé par e-mail à tous les assistants à sa conférence.

Kommentare


Actualité
Archives
bottom of page